15 millions d'arbres

Pourquoi planter des arbres en Sibérie ?

Cette région de l’hémisphère nord accueille des réserves naturelles gigantesques - un quart des réserves mondiales de bois - dont toute l’organisation naturelle est en train de se modifier. La flore, la faune et les hommes sont directement menacés. La disparition de la Taïga sibérienne est une catastrophe pour la planète. 

Il est urgent de recréer des puits de carbone et un geste significatif est d’aider la Taïga à se reconstituer. 

La forêt a une valeur inestimable.


Chaque action, chaque effort est essentiel car le défi est titanesque.




L’expertise sibérienne

Les scientifiques russes sont historiquement experts des écosystèmes naturels de l’hémisphère nord.

Des accords ont été passés au fil de ces dernières années entre russes et français afin de préserver des graines rares de l’agroalimentaire, notamment avec l’Institut Vavilov de Saint Petersbourg.


Dans notre projet, c’est la biodiversité des futaies et des arbres qui est visée.


Réorganiser la plantation des espaces abimés, en sélectionnant les graines et en donnant le maximum de chances aux jeunes plants de devenir des arbres majestueux : ce sont des actions significatives pour lutter contre le réchauffement climatique.

La pousse des arbres sur le sol russe n’est possible que lorsque la neige a quitté le sol, soit quelques mois par an.

Le permafrost est l’une des caractéristiques de cette immense région. Les Universités les plus prestigieuses de Russie collaborent au projet. Nous avons sollicité des ingénieurs de : 

  • Tomsk,
  • Novossibirsk,
  • Moscou
  • et Saint Petersbourg 

afin de viser les meilleures performances de réussite.




Une collaboration franco-russe

Avec les plus grandes universités de Russie et avec les petites et moyennes entreprises expertes et très actives nous organisons la replantation « sous serre » et « directement en place » de 15 millions d’arbres.

C’est l’avenir de la planète qui est en jeu.

Les français sont les premiers employeurs étrangers sur le sol russe.

Quasiment toutes nos grandes entreprises y sont présentes.

  • Faire prendre conscience du poids de cette collaboration économique,
  • l’orienter vers plus de collaboration écologique…
  • et remettre l’humain au centre de ces préoccupations

fait partie de nos objectifs prioritaires. 


Le défi sportif est le plus de notre projet.

  • 12 600 km en courant,
  • 15 millions de foulées d’un bout à l’autre du continent,

bien sûr que c’est possible !!!