La forêt, la planète


Lorsqu'une forêt brûle, c'est toute la planète qui tousse. Et pour longtemps.


  • Amazonie,
  • Australie,
  • Afrique,
  • Canada…
  • Russie.

Aucun continent n’est épargné par ces méga incendies, qui ont décimé en 2019 des millions d’hectares.

Nous souhaitons mettre en place une action significative pour le redéveloppement de la forêt russe, LE poumon vert de l’hémisphère nord.


La forêt russe


C’est la plus grande forêt du monde, dans le plus grand pays du monde.

Elle couvre 8,5 millions km2.


À titre comparatif,

  • la forêt amazonienne couvre 7,3 millions km2
  • et l’Union européenne 1,6 million km2.

Elle abrite des espèces d’arbres qui résistent très bien au feu - notamment les pins sylvestres et les mélèzes de Sibérie. 

De par leur croissance lente, les forêts du grand nord stockent deux fois plus de carbone que les forêts tropicales luxuriantes.


La longévité exceptionnelle de ses arbres en fait des puits à carbone indispensables à l’équilibre en oxygène de toute la planète.



La Sibérie brûle

En Sibérie, les incendies sont des phénomènes naturels qui permettent à la forêt de se renouveler.

Dans les régions sub-polaires, le climat évolue 3 à 4 fois plus vite qu’ailleurs dans le monde.

Ces régions sont particulièrement touchées par le réchauffement climatique et les incendies sont de plus en plus fréquents, de plus en plus étendus et de plus en plus intenses. C’est une spirale infernale car ces méga-incendies libèrent dans l’atmosphère du dioxyde de carbone et du noir de carbone qui favorisent le réchauffement climatique. Et le réchauffement climatique favorise les incendies…


En 2019, c’est 3 millions d’hectares - soit l’équivalent de la surface de la Belgique - qui sont partis en fumée dans les forêts de Sibérie… Combien en 2020 ?

Planter des millions d’arbres, c’est une action significative pour enrayer cette spirale infernale.