· 

Tout savoir sur Christophe Vissant !

Christophe Vissant… 2003-2021

Quel parcours !

Du caisson hyperbare à Nantes-Vladivostok : un coureur revenu d’un accident de plongée avec les pieds bien sur terre ! 


Au départ... Une renaissance façon Grand Bleu et un rêve de petit garçon

  • 2003… Mer Rouge. Au cours d’une plongée, Christophe footballeur et plongeur émérite a un grave accident de décompression et passe de justesse à côté de la tétraplégie. Une longue convalescence puis la ré-appropriation de sa mobilité vont changer sa vie et sa vision de l’effort. 

Après avoir frôlé d’aussi près la mort et la vie végétative, totalement convaincu par la puissance et la résistance de la volonté humaine, son énergie sportive décuple.

D’autant plus qu’un rêve l’habite. Une tortue de mer venue à son secours alors qu’il luttait pour sa survie, enfermé dans un caisson hyperbare, lui a délivré ce message : « Ton rêve se réalisera ». Le rêve ? Celui du petit garçon d’aller un jour en Australie. Pour l’adulte trentenaire plongeur passionné cela devient un projet : courir en Australie pour la sauvegarde de la grande barrière de corail menacée de disparition à 30 ans.

Mais pour l’heure et dans le cadre de son retour aux meilleures conditions physiques, Christophe se met au running.

 

S’il fallait valider la maxime « ce qui ne te détruit pas te rend plus fort » alors Christophe en est l’incarnation. Il aborde cette nouvelle discipline habité par la conviction que le coureur peut montrer que tout est possible dans la vie...même l’impossible ! 

 


En 2006 : rencontre avec l’OVNI Serge Girard

  • 2006 : Christophe découvre admiratif un OVNI au détour des infos télévisées. Il s’appelle Serge Girard. Il s’apprête à relier Paris à Tokyo en courant : c’est la Trans eurasia, 19 097 km en 260 jours.

Serge parle de défi en solitaire pour une victoire d’équipe. Sa devise :

« Elle est longue la route pour celui qui n’a pas de rêves ».

Pour Christophe c’est le déclic : le projet Australian Tour est en germe. 

 

Et comme seules les montagnes ne se rencontrent pas, la vie fait le lien entre ces deux hommes animés par les mêmes motivations, le même but : courir toujours plus longtemps, toujours plus loin pour témoigner de l’état de la planète.

Rien ne peut enrayer les projets et la motivation de ces deux là. 

 


2008 - 2015 : Il court, il court Christophe !

De 2008 à 2015, il collectionne les défis « sans jours de repos », les kilomètres, les villes, les pays.

Il teste, souffre, cherche sa zone de confort-course, renaît à lui-même, met à profit cette « synergie avec soi-même » dont il parle, cet état de grâce incroyable qu’il ressent lorsqu’il court.

Christophe devient un coureur longue distance avec un mental de coureur longue distance. 

Il allonge les distances, passe de 76 à plus de 7000 km, travaille endurance et vitesse, longueur et vitesse. 

  • 2008 Aubagne-Paris (en passant par Besançon sa ville natale) 1132 KM en 15 jours., vitesse moyenne 76,5 km/j .
  • 2010 Aubagne-Athènes (en passant par la France, l’Italie, la Slovénie, La Croatie, la Bosnie, le Montengro, l’Albanie, la Grèce). 2732 KM en 38 jours, vitesse moyenne 70 KM/j .
  • 2013 Marseille - Gorno - Altaisk -Russie (en passant par Italie, Slovénie, Hongie, Ukraine, pour arriver en Russie. 7458 km en 108 jours , vitesse moyenne 69 km/j .
  • 2015 La Ciotat - Gênes 462 km. 4 jours , vitesse moyenne 115 km/j.

 


2017 - 2021 De la Grande Barrière de corail à la forêt boréale, courir pour la planète !

  • 2018 Sydney - Kern. Australian Tour. Christophe prend le départ pour réaliser son rêve d’enfance : destination la Grande Barrière de corail australienne. 15 500 km en 6 mois à une vitesse moyenne de 84 km/jour.

En novembre, à 2 750 kilomètres du départ, une pubalgie de la hanche accompagnée d’une compression de la moelle épinière l’obligent à mettre un terme à l’aventure. Indescriptible déception, passage douloureux pour Christophe. 

 

  • Février 2021 Nantes - Valdivostok. Run For Planet. Fort de sa précédente expérience, Christophe rechaussera les baskets. 300 jours 300 marathons, 15 millions de foulées pour 15 millions d’arbres plantés.

Il s’engage dans cette aventure, animé par l’envie de gagner, de retourner en Russie, motivé par le sens que notre cause donnera à chacune de ses foulées.

Un défi en solitaire pour une victoire d’équipe.

Texte rédigé par Béatrice Sallé, mars 2020


Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Laure (dimanche, 22 mars 2020 10:24)

    Go Christophe, Gooooooooo !!!

  • #2

    Florence (dimanche, 22 mars 2020 11:29)

    L'équipe est à tes côtés pour te soutenir !